Lésions Traumatiques de l’oreille

Les causes de traumatisme de l'oreille

Il existe un grand nombre d’étiologies, pour ne citer que les plus fréquentes voici une liste descriptive :

  • Section d’une partie de l’oreille par agression : l’amputation est le plus souvent partielle, elle concerne le bord libre de l’oreille et plutôt sa partie haute. La coupure est nette car réalisée avec un objet tranchant. Lorsque la section est incomplète il est possible de suturer la plaie en espérant que la vascularisation sera suffisante pour alimenter la partie sectionnée. Lorsque cette partie est détachée de l’oreille, il est illusoire de vouloir la re-suturée (cas 1). Il est possible d’anastomoser une oreille entièrement amputée lorsque les vaisseaux qui vascularisent l’oreille ont également été amputés. Il s’agit alors de microchirurgie.
  • Morsure humaine (ou animale) : il s’agit de situations complexes car une dimension judiciaire et psychologique s’ajoute au contexte médical. Le patient souhaite généralement une reconstruction dans les plus brefs délais pour oublier. Un délais de plusieurs semaines est nécessaire à la cicatrisation pour effectuer une reconstruction sans risque infectieux.
  • Les brûlures : En général le patient présente également des séquelles de brûlures du visage. La reconstruction vise d’abord à réparer les gènes fonctionnelles, puis esthétiques au niveau du visage et enfin les oreilles.
  • Accident de circulation : Les amputations sont généralement totales ou subtotales (cas 2). La plaies n’est pas nette et nécessite d’être prise en charge au bloc opératoire. Il est très fréquent que l’oreille passe au second plan derrière des traumatismes crâniens, des fractures ou instabilités circulatoires.
  • Les autolyses : les amputations d’oreilles sont dues à une section, une brûlure, … 

 

Combien ça coûte ?

L’intervention peut bénéficier d’une base de prise en charge par la sécurité sociale (CPAM) à laquelle s’ajoutent un dépassement d’honoraire qui peut être remboursé partiellement ou intégralement par votre mutuelle.

Avant / Après

Cas 1

Patient ayant subi une agression par arme blanche. Il est impossible de suturer la partie sectionnée, elle ne serait plus vascularisée. Une reconstruction peut être proposée après plusieurs semaines de cicatrisation. La partie amputée représente moins d’un quart de l’oreille. Elle peut donc être reconstruite avec du cartilage de conque prélevé au centre de l’oreille. Son prélèvement est invisible et indolore.

Cas 2

Patient blessé lors d’un accident de circulation dans l’enfance. L’amputation est quasi totale, elle représente plus d’un quart de l’oreille. La reconstruction ne peut donc pas être effectuée par du cartilage de conque. Le cartilage est alors reconstruit avec du cartilage des cotes flottantes, sculptées en prenant l’oreille controlatérale comme modèle.

Fiche d'information